2
nov
Seneste opdatering: 21/1-15 kl. 0521
31 kommentarer - Tryk for at kommentere!

Wilders’ tale kan læses på Frontpage Magazine: To Keep the Flame of Liberty Burning. Der kommer flere videoes, måske allerede i dag, tirsdag. Nej, vi kan ikke tale om det. af Uwe Max Jensen. TFS-konference på Christiansborg – Venstreradikale på plads, herunder Redox’ Simon Bünger Poulsen

Wilders, Westergaard, Vilks and Vertigo

Van Gogh 2.11.2014, I 208

Det var en lang dag på Christiansborg og en lang aften i tårnets restaurant 106 meter over gadeplan. Jeg lider af en helt urimelig højdeskræk, jeg har aldrig villet bo højere en første sal, men jeg lod mig overtale at tage med derop. Jeg besluttede mig til, ikke at se ud af vinduerne, og man kan komme en del ad vejen ved at tage sig sammen. Det er elegant mad, man få i tårnets restaurant, og Wilders lod til at nyde at være ude og spise blandt almindelige danskere, om de nu genkendte ham eller ej. Han er ikke vant til det hjemme i sit safe-house. Han var gladere end jeg har set ham de andre tre-fire andre gange, han har været i Danmark.

Der følger meget materiale de kommende dage. Videos kommer dryppende. Man må leve med, jeg er nødt til at vandmærke fotografierne. Vilks og Westergaard har ikke været på samme foto siden 2007. Nu har Vilks og Westergaard mødt de der ‘nationalister’ igen, nu ved vi, hvor vi har dem. Tøv en kende. Man ved ikke. hvor man har Westergaard, Vilks og Park. Westergaard gik fra bladtegner til kunstner i 2006, som Vilks bemærker, nu er det kun enfoldige, der ved, hvor de har ham, og han er alligevel ligeglad. Jeg er for det meste også.

Positionering er for dem, der er i politik, og sådan betragter jeg ikke mig selv. Det er en anden snak, jeg gerne vil tage op på et senere tidspunkt. Klik for helskærm.

Van Gogh 2.11.2014, II 027Van Gogh 2.11.2014, II 008Van Gogh 2.11.2014, I 118Van Gogh 2.11.2014, I 016

Van Gogh 2.11.2014, I 034van gogh, 2.11.2014, III 039van gogh, 2.11.2014, III 017van gogh, 2.11.2014, III 019Van Gogh 2.11.2014, I 148Van Gogh 2.11.2014, II 033Van Gogh 2.11.2014, I 216Van Gogh P fotos 501Van Gogh 2.11.2014, I 179Van Gogh 2.11.2014, I 173Van Gogh P fotos 528Van Gogh P fotos 456

Robert Redeker er en god fotograf, man kan se det her.

Annoncer fra Danske Partner-Ads:






Donér engangsbeløb?Kan du forpligte dig til fast betaling?

  • Lightmann

    Fantastiske billeder. Alle som een, Helte. Egentlig kan disse billeder, og følgende videoer, bruges som research af en flittig instruktør, når han/hun skal lave en film om nutidens svar på 1864 – Ingen undskyldninger for ikke at gøre det historisk korrekt, i de sidste 30 års arkiver er der masser af dokumentation om hvad der ledte til Danmarks og Europas fald.

  • Da Capo

    “Det er elegant mad, man få i tårnets restaurant”

    Varfor ingen bild då – åt oss andre svältande ude i självexilen, som motbild till det vietnamesiska krubbet på Classensgade?

    • jo, jeg tror det er fordi, jeg ikke fotograferer maden i dannet selskab. Det er mest, når jeg spiser alene

  • Erling

    A propos vandmaerke: tjener du nogen penge paa dine billeder? Som Lightmann skriver, er de rigtig gode, saerligt Westergaard er meget fotogen.

  • Ludvig

    Det var härligt att för en gångs skull få se en a v s p ä n d Wilders,en Wilders bland vänner.
    I sista bilden finns till och med ett stråk av glädje i hans ansikte – och därbakom självklart annat,mörkare (är det förträngd sorg?;spåren av tio hårda år). Ett mästerligt porträtt, och en värmande bildsvit.

    “Videos kommer dryppende”,lovar du.Tack på förhand,Steen!

  • PFEP

    Jag läste Wilders manuskript till talet på GoV, mycket bra får jag säga, det enda jag retar mig över är att jag inte var i Köpenhamn, bu-hu 😉

  • Svend Andersen

    Smukke og levende billeder, Steen, som altid når du fotograferer mennesker. Når man tænker tilbage og mindes dine fotos fra lignende begivenheder, virker det som om at ‘islamofoberne’s forsamlinger bliver stadig større, og at de ser stedse mere afslappede ud. Herligt.

  • Tak, Svend. Mennesker er det interessanteste. Jeg er ligeglad, om det er Abu Laban, Zenia Stampe eller Geert Wilders.

  • Anonym

    Måske lidt brutalt sagt, men bestemt ikke ment:

    “Mennesker er det interessanteste” som Steen skriver, og han er eminent til ikoner. Ja, ca. en snes stykker, der hører til i mit liv, er “det interessanteste”, og antageligt gælder det det samme i hans liv. Men desuden findes der et fag: Historiestudiet. Det bevarer og behandler tekster. Derfor er det ikke de enkelte, levende personer i deres fysiske fremtoning, der er det vigtigste. De forsvinder, og de fleste bliver glemt.

    Derimod kan de tekster, de efterlader, overleve og virke. Uden skrift forsvinder fortiden. Uden fortid kan de talrige syge (d.v.s. masochistiske) personer knuse både nutid og fremtid, og det arbejder de ihærdigt på dag og nat. Det må aldrig ske! Derfor skal teksterne bevares og gives videre. Navne kan i værste fald undværes.

    “Ein Beruf ist das Rückengrat des Lebens!” (citat fra en klog mand, som også var skør: Friedrich Nietzsche).

  • Torben Snarup Hansen

    Bemærk venligst, at det “frie” Wikipedia omtaler Robert Redeker som “svin” og “arrogant løgner”. I 2006 modtog han dødstrusler, der tvang ham til at opgive sin hidtidige livsførelse og flytte til en landsby, som politiet konstant overvåger, og som Wikipedia nu henleder offentlighedens opmærksomhed på.

    Wikipedia:

    http://da.wikipedia.org/wiki/Robert_Redeker

    Robert Redeker

    Fra Wikipedia, den frie encyklopædi

    Robert Redeker (født 1954) er fransk forfatter, filosof og tidligere gymnasielærer i en mindre by i det sydlige Frankrig nær Toulouse.

    Siden 2006 har han og hans familie levet under konstant politibeskyttelse, efter at han den 19. september 2006 offentliggjorde en artikel i den franske avis Le Figaro. Artiklen havde titlen “Hvordan skal den frie verden forholde sig til islamisternes trusler”. Få dage efter var han på flugt fra rasende muslimer, hvoraf nogle planlagde af likvidere ham. Dette blev klart efter at det franske efterretningsvæsen opsnappede et kodet budskab med et indhold, der tydeligvis var en drejebog for et mord:

    Først svinets navn: Redeker, Robert. Og så for det andet: et foto, for at vi ikke skal glemme hans ansigt. For det tredje denne arrogante løgners adresse: (…) For det fjerde: Hvor arbejder han? Nær Toulouse i Saint-Orens-de-Gameville, han underviser i filosofi ved Pierre-Paul Riquet Gymnasium. (…) For det femte: Hvor ligger Escalquens? Ikke særlig langt fra Toulouse, ca. 15 kilometer sydøst for byen.

    Det pågældende nummer af avisen Le Figaro blev endvidere forbudt i Egypten og Tunesien. Desuden blev en fatwa udstedt af den indflydelsesrige egyptiskfødte sheik Youssef Al Qaradawi på tv-stationen Al Jazeera.

    Den 3. oktober samme år offentliggjorde en række ledende franske intellektuelle en støtteerklæring til Robert Redeker i avisen Le Monde. Blandt dem var Elisabeth Badinter, Alain Finkielkraut, André Glucksmann og Bernard-Henri Lévy. De fleste officielle reaktioner var imidlertid præget af afstandtagen til Redeker og hans artikel, som af mange blev karakteriseret som “overdreven, vildledende og fornærmende”. Ligeledes reagerede Redekers naboer og kolleger typisk ved af slå hånden af ham, og nogle mere end antydede at det hele var “hans egen skyld”.

    Redekers tale:

    Redekers indlæg om meningsterror og ensretning i dagens Frankrig var det mest kvalificerede og mest relevante indlæg på Trykkefrihedsselskabets konference på Christiansborg d. 2. november i anledning af mordet på Teo van Gogh.

    I Danmark findes stadig personer, der læser fransk, og derfor kommer teksten her. Men sandsynligvis bringes den engelske oversættelse på Trykkekfrihedsselskabets hjemmeside.

    Allocution de Copenhague, 2 novembre 2014.
     
    Par Robert Redeker.
     
    En hommage à Théo Van Gogh, j’ai choisi de proposer quelques réflexions sur la liberté d’expression, cette conquête précieuse des derniers siècles européens si menacée aujourd’hui. .
     
    1. La liberté d’expression implique le droit de déranger les associations, les corporations, les communautés, les Etats et les personnes. Mieux, la liberté d’expression s’accompagne du devoir de déranger. Or, la croyance contraire s’est répandue : la liberté d’expression se ramènerait au droit de dire et d’écrire des choses qui ne dérangent, ne choquent, ni ne blessent personne. Elle ne se conçoit que sur un mode insipide. On la veut dormitive, comme les journaux télévisés qui ne parlent que de sport et du temps qu’il fait !  Mille associations — celles qui attaquèrent  Charlie Hebdo, par exemple, lorsque cet hebdomadaire a repris les caricatures danoises de Mahomet, celles qui aujourd’hui s’en prennent à Renaud Camus, à Alain Finkielkraut, à cent autres, parce qu’ils seraient réactionnaires et islamophobes — voient dans la liberté d’expression le droit de dire ce qui ne les dérange pas. Il est recommandé — par l’idéologie ambiante, par l’air du temps, par les chiens de garde du publiquement correct — de ne point s’en servir jusqu’au bout. Adhérer à cette moitié d’idée, c’est postuler que la liberté d’expression doit demeurer une liberté simplement formelle, muséifiée, ne bousculant rien ni personne. Qu’elle doit demeurer une liberté exposée dans une vitrine fermée à clef. Qu’elle est faite pour ne pas s’en servir. Nous aurions alors inventé un impératif contradictoire, fou dans sa contradiction : une liberté dont l’usage est interdite. Or, l’essence de la liberté d’expression repose dans le devoir de déranger.  

    Il suffit de se mettre à l’écoute des nouvelles de la France pour se rendre compte que ce pays vit en ce moment un néo-maccarthysme délirant, qu’aucune force ne paraît plus en mesure d’arrêter. Un maccarthysme de gauche qui sera bientôt un ouragan ravageur auquel rien ne sera en mesure de résister. Nous, en France,  vivons désormais dans le pays de la surveillance et de la dénonciation généralisées, clone postmoderne de la RDA de jadis. Les ignobles attaques d’associations d’extrême-gauche contre le philosophe Marcel Gauchet en fournissent l’exemple le plus récent. Le politiquement correct, confondu avec la morale dont il usurpe la place, y tient le rôle de la ligne du parti. De ce qu’atit le parti dans la RDA. Demain sans doute, en France, les enfants devront dénoncer leurs parents à leurs maîtres d’école pour des propos et des attitudes politiquement incorrects (sur l’homme et sur la femme, sur les races humaines, sur le mariage, sur les homosexuels, sur la différence des sexes)! Les enfants seront les policiers du Bien, à l’intérieur des familles. Le gouvernement socialiste français met peu à peu en place cette terreur, qui s’exercera à partir de l’école. L’origine de cette situation pathologique est à chercher dans le suicide de la gauche française, dans ce moment des années quatre-vingts où celle-ci décida de substituer la moraline (ce mot est de Nietzsche, et désigne le résidu de la décomposition de la haute morale) des bons sentiments à la lutte des classes, de remplacer l’ouvrier par l’immigré, le peuple par la mosaïque des identités.

    Le pays de France vit une étrange et inattendue dictature : celle des associations. Beaucoup d’esprits paresseux s’inquiètent de la répétition des années trente, se laissent aller à comparer les époques. Les années 30 seraient devant nous, clament les antifascistes d’opérette dont les tribunes remplissent les journaux ! Tant de bêtise, il est vrai, n’étonne pas ! C’est l’intelligence qui est une exception, non la bêtise, partagée par tous, surtout en démocratie. Mais comme l’a dit Nietzsche, l’histoire n’avance pas comme les écrevisses à reculons. Le mal ne se répètera pas, il prendra d’autres formes ; plus : il commencera peut-être chez ceux dont la raison d’être est de le combattre, chez ceux qui se donnent pour les vigiles et les sentinelles ennemis d’un mal dont ils veulent préserver le corps social; il croîtra peut-être en leur sein comme un cancer malicieux, et de là il se répandra dans toute la société. Il n’est pas impossible que le mal (je veux dire l’oppression, la terreur) vienne dans l’avenir des défenseurs des droits de l’homme, des gardiens des mémoires, de ceux qui se croient « les bons », « les humains », qui se tiennent pour « les vrais hommes », tout en se regroupant dans de nouvelles ligues, différentes de celles de l’entre-deux-guerres, les ligues de vertus et les associations de défense des droits d el’homme. Comme un voleur dans la nuit, le criminel arrive par où nul ne s’attend à l’y voir. Existèrent hier la tyrannie de la majorité, le totalitarisme d’Etat ; existera demain: l’impitoyable dictature des associations. Le crime nous reviendra en entrant par cette porte. L’actualité nous en offre chaque jour le triste augure.
     
    2. Fouiller dans l’Internet me conduit à en extraire avec retard certains événements qui me paraissent toujours éclairants. Ainsi cette affaire que j’ai découverte en consultant les archives du quotidien Le Parisien. Il y a quatre  ans, sous mille pressions, dont celle des parents d’élèves partis en guerre contre le retour imminent du fascisme, guerre comique semblable à celle de Don Quichotte contre les moulins-à-vent, les autorités académiques décidèrent que le collège de La Garenne-Colombes ne pourrait porter le nom de Kléber Haedens, grand écrivain trois fois primé par l’Académie Française, sous prétexte de son appartenance à l’Action Française. Rien de sérieux ne peut être reproché à Haedens, contrairement à Céline ou Brasillach, à Rebattet, à Drieu La Rochelle, et même à Heidegger, sans omettre Schmitt, sinon, comme l’a bien remarqué à l’époque le site Rue 89, d’avoir été un écrivain réactionnaire. Réactionnaire, sans plus, comme Joseph de Maistre, Donoso Cortès ou Louis de Bonald le furent en leur temps. Autrement dit ces parents d’élèves antifascistes et antiracistes, belles âmes gonflées à la bonne conscience, qui se sont héroïquement dressés pour obtenir le changement de nom du collège de La Garenne-Colombes, organisèrent contre la mémoire de Kléber Haedens un procès public en délit d’opinion. Qu’au contraire le poète Jacques Prévert ait jadis exalté « le vrai le dur le rouge soleil de révolution »  soviétique, celle qui fit couler des fleuves de sang, celle qui fait la trame des romans de Soljénitsyne, des récits de Chalamov, ne vaut ni débaptisation de nombreux lieux publics ni révolte des défenseurs des droits de l’homme. A Toulouse existe encore sans vergogne une Avenue de l’URSS !  Combien de lycées, de collèges, d’écoles, de médiathèques portent le nom de Prévert, malgré cette exaltation de la révolution soviétique ? Dans son délirant hommage au Maître du Kremlin, titré sobrement « Joseph Staline », Paul Eluard écrit, entre autres : « Grâce à lui nous vivons sans connaître d’automne/L’horizon de Staline est toujours renaissant ». Passons sur son hommage à Maurice Thorez dans un poème de 1950 intitulé « 12ème congrès » ! Mais – alors que dès les années trente, par le truchement de Victor Serge, la nature du régime soviétique pouvait être connue à qui ne voulait pas s’aveugler – on ne peut que rire, du rire sarcastique de la faucheuse des danses macabres, à la lecture de son poème « L’U.R.S.S. Seule promesse » ! Eluard y dit, au temps des procès truqués, des pendaisons d’opposants supposés, juste après les épurations, la liquidation des paysans ukrainiens, en plein cœur des années Goulag : « Frères l’U.R.S.S est le seul chemin libre ».  Il semble qu’aux yeux des antiracistes contemporains avoir exalté le totalitarisme communiste, voire comme Paul Eluard avoir écrit des odes à Staline, admiré l’U.R.S.S. en sa période la plus criminelle, soit un crime beaucoup moins grave que celui que commit Kléber Haedens (avoir travaillé comme secrétaire de Charles Maurras).  Paul Eluard a droit à des écoles, collèges, des médiathèques et des lycées portant son nom, pas Kléber Haedens !

    Cette société de la censure, impensable voici encore trente ans, quand dominait, venu des Lumières, l’amour de la liberté, a réinventé le délit d’opinion. L’étonnement fige l’observateur lorsqu’il se rend compte que les organisateurs de cette société de la censure sont ceux-là mêmes qui se réclament historiquement du camp de la liberté et de l’émancipation. Qui appellent à la répression, à l’interdiction professionnelle! N’ont-ils pas réclamé qu’Alain Finkielkraut fût exclu de l’Ecole Polytechnique ? Que son émission Répliques fût supprimée? Qu’Eric Zemmour fût renvoyé de la télévision et de la radio? Que Sylvain Gouguenheim quittât l’enseignement ? Que Pétré-Grenouilleau soit déchu de son prix littéraire ? Que Renaud Camus perde tous ses lecteurs ? Qu’un enfer réservé aux seules âmes déjà damnées lui soit réservé, à lui, Renaud Camus, dans les librairies ! Qu’Ivan Rioufol soit publiquement châtié? La liberté d’expression, dont ils s’autoproclament les champions, ne leur est tolérable que dans la seule mesure où elle sert à approuver ce qu’ils tiennent pour le vrai. Certes, s’il sortait dans les salles obscures aujourd’hui, le film La Religieuse recueillerait les applaudissements nourris de tous ces fanatiques de la censure déguisés en zélateurs de la liberté. Parce que c’est un film antichrétien. Mais si un film de la même espèce paraissait sur les écrans en mettant en cause l’islam aussi gravement que Jacques Rivette mit, en adaptant Diderot, en cause le catholicisme, son réalisateur serait traîné devant les tribunaux. Il serait insulté dans tous les médias. Les associations antiracistes organiseraient contre lui des manifestations dans la rue. Tous les crachats seraient pour lui. Le même déchaînement se produirait si un film aussi sarcastique qu’ Habemus Papam sortait dans les salles dont le titre serait Habemus Imam. La Ligue des Droits de l’Homme et le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié des Peuples  hurleraient au racisme. La gauche laïque, syndicalisée, qui applaudit Habemus Papam manifesterait sa nausée devant un Habemus Imam. Pratiquant l’indignation sélective et l’hypocrisie manipulatrice, cette société de la censure  est la société du délit d’opinion.

    Chacun y surveille chacun, souvent secondé d’une escouade d’avocats, scrutant attentivement la conformité à l’idée de bien – hier représentée par la révolution prolétarienne, aujourd’hui par l’antiracisme – du moindre propos publié. La chasse est ouverte en permanence, en meute. Comme au retour de la chasse, la presse réclame des trophées, des têtes lynchées à exhiber devant l’opinion publique, chaque semaine. Voici qu’un mal-pensant, suspect de racisme est débusqué ! Tous se rassemblent derrière les impitoyables grands veneurs de la vertu hurlant : taïaut…taïaut…taïaut! Gangrénée par la chasse à courre idéologique, la société de la censure est en même temps une société de la surveillance réciproque (telle feue la R.D.A.) et une société de la délation où la liberté d’expression, pourtant vénérée, ne signifie plus rien.

    3. Une nouvelle forme de conformisme surgit. Autrefois oppressée, la société menace de devenir oppressive. D’émancipatrice qu’elle était au siècle des Lumières — en arrachant des libertés à l’Etat —, la société, éclatée en associations, communautés, groupes, lobbys, se révèle désormais dangereuse pour ces mêmes libertés. Ainsi le blasphème, l’éloge de la tabagie, celui de l’alcoolisme, et l’islamophobie pourraient, sous la pression d’associations, devenir prochainement des délits. Les associations qui placent en leur cœur l’identité, le respect et la reconnaissance se battent, parfois à leur insu, pour une limitation de la liberté.

    La liberté d’expression implique le droit de déranger les associations, les corporations, les communautés, les Etats et les personnes. Mieux, la liberté d’expression s’accompagne du devoir de déranger. La liberté est toujours dangereuse, elle est toujours un attentat parce qu’elle l’affirmation de ce qui effraie par-dessus tout le monde moderne : l’individu. Pour cette raison, elle est toujours perçue par les conformistes comme un attentat terroriste ! Or, la croyance contraire s’est répandue : la liberté d’expression se ramènerait au droit de dire et d’écrire des choses qui ne dérangent, ne choquent, ni ne blessent personne. De nombreuses associations — celles qui s’en sont prises à Charlie Hebdo, par exemple, lorsque cet hebdomadaire a repris les caricatures danoises de Mahomet — voient dans la liberté d’expression le droit de dire ce qui ne les dérange pas. Il est recommandé — par l’idéologie ambiante, l’air du temps — de ne point s’en servir jusqu’au bout. Sur un site Internet, un professeur de philosophie a parfaitement condensé cette timidité : « Robert Redeker a abusé de la liberté ». Adhérer à cette formule, c’est postuler que la liberté d’expression doit demeurer une liberté simplement formelle, muséifiée, ne bousculant rien ni personne.

    La liberté de déranger — épine dorsale de la liberté d’expression — suppose la capacité de se laisser déranger. Définissons la tolérance comme étant cette capacité. Est tolérant l’homme, le groupe, la théorie, qui se laisse déranger. Comme une pièce de monnaie, la liberté d’expression a deux faces solidaires : d’un côté, elle élève le dérangement au rang de devoir, quand, de l’autre, elle exalte la tolérance, l’accueil du dérangement. 

    Polémos — le conflit — est le véritable père de la démocratie. La démocratie repose sur la reconnaissance du conflit comme fondateur. La démocratie suppose la permanence et la nécessité de la division conflictuelle. Elle est le régime politique qui ne masque pas cette division ; elle est le seul régime politique qui s’en nourrisse. Ainsi, rien n’est plus paradoxal que la démocratie : en elle, à la différence de toutes les autres formes de régime, ce sont les conflits qui tissent le lien politique. Un régime démocratique ne tient que parce qu’on s’y déchire publiquement. Parce qu’on s’y affronte sur la place publique. Le déchirement y fait l’unité. La division est le signe de la bonne santé de la démocratie, le consensus est le signe de sa maladie, l’unanimité est le signe de sa mort. La liberté d’expression est liée à tous les conflits qui structurent la démocratie, en particulier à la guerre des idées. Elle est liée à leur choc — au combat de titans, véritable gigantomachie, que les idées se livrent. Il n’y a de démocratie qu’à la condition qu’existe une guerre civile latente, en mots. En décrivant dans les dernières pages de son roman autobiographique Les Mots, sa plume comme une épée, Jean-Paul Sartre se situait au cœur de la politique démocratique. Le parricide — assassiner Polémos, au nom de la convivialité, du « vivre ensemble », ainsi que tant d’associations antiracistes, droitsdelhommistes,  et de partis politiques semblent le souhaiter — reviendrait à assassiner la démocratie.

    Appelons conformisme la disposition psycho-politique qui récuse le conflit. Il travaille à clore l’histoire de la liberté d’expression. Qui sait si, sous la pression de ce conformisme, des associations n’auront pas réussi à faire de l’éloge du tabac un délit pénal ? Qui sait si elles n’auront pas réussi à faire condamner le député qui s’adressant à une ministre dit « Madame le ministre » alors que celle-ci, contre les règles de la langue française, veut entendre « Madame la ministre » ? Qui sait si d’autres n’auront pas réussi à transformer en délit de racisme le rappel de la traite musulmane des noirs ? Ou en négationnisme l’insertion de cette traite dans un cadre plus large ? Qui sait si signaler les aspects positifs de la colonisation ne sera pas demain un délit punissable d’amende ? Qui sait si demain il sera encore autorisé de rappeler que l’Algérie française a été une civilisation avec ses réussites, ses charmes, sans cacher bien entendu son ignominie ? Qu’on pouvait y vivre heureux ? Que, pour certains, ce fut une époque bénie ? Je ne partage pas ces idées, mais je comprends que pour ceux qui sont nés quand la terre d’Algérie était terre de France elle soit légitime. Qu’il n’y avait rien de monstrueux à se battre en ayant au cœur la foi affirmant que la terre d’Algérie est terre de France au même titre que celle de l’Alsace et de Lorraine ? Qui peut condamner ce sentiment ? Pas moi ! Masquant des intérêts partiels et des points de vue égoïstes sous un océan de bons sentiments, le conformisme réduit comme peau de chagrin la liberté d’expression. Ce n’est plus un conformisme de classe, à l’instar du conformisme bourgeois de jadis, celui que dénonçait Flaubert, ce n’est plus un conformisme politique, imposé d’en haut, c’est un conformisme sociétal. Disons sociétal plutôt que social : c’est une nouvelle idolâtrie de la société, et non du social, qui alimente ce conformisme. Celui-ci rend compte aussi bien de la lâcheté des institutions démocratiques que de la sidérante couardise du personnel politique européen dans des affaires comme celle des caricatures de Mahomet en particulier, dans tout ce qui a rapport avec l’islam en général. . 
    Dans de nombreux pays — outre tous les pays officiellement musulmans, Cuba, la Chine, la Corée du Nord, bref les pays se réclamant du socialisme, sans oublier les dictatures mafieuses de nombreux pays du tiers-monde — l’ancien modèle d’une liberté d’expression pourchassée et réprimée par l’Etat continue de faire peser sur chacun sa chape de plomb. On emprisonne, on torture, on mutile, on assassine et l’on exécute pour délit d’opinion. Dans certains pays occidentaux — tout particulièrement en France — c’est le morcellement de la société en communautés se pensant toutes comme une fin en soi qui fait le lit des censeurs. Un signe devrait inquiéter : depuis deux décennies journalistes et politiciens font usage du terme de communauté, évoquant tantôt « la communauté musulmane », tantôt « la communauté gay », tantôt « la communauté corse », tantôt « la communauté juive », et la « communauté scolaire », oubliant au passage que l’Ecole n’est pas une communauté mais une institution. La généralisation dans le discours du concept de communauté implique l’appauvrissement de la politique qui n’est plus pensée alors que comme l’organisation optimale du vivre-ensemble de ces communautés.  Qui parle du vivre ensemble a fait son deuil aussi bien de la liberté d’expression que de la démocratie et de la politique. La liberté d’expression est remise en cause, menacée au nom de ce vivre-ensemble. La démocratie se caractérisant par la coexistence conflictuelle, le néo conformisme antiraciste dessine les traits d’une ère post démocratique. Le mot d’ordre des défenseurs de la liberté devra désormais être : ne laissons pas le conformisme assassiner Polémos, sous prétexte d’organiser la convivialité entre les communautés.  Cette situation exprime un régime dans lequel la société s’oppose à la démocratie.
     
    Généralement l’argumentaire anti communautariste et républicain plante son ancre dans la crainte des conflits. Chacun s’écrie : le communautarisme donne le jour à des tensions, des troubles, des affrontements. Il disloque l’unité nationale pour réduire la vie quotidienne du pays à un affrontement permanent. Pour cette raison, le communautarisme s’est attiré la réputation de conception de la société dangereuse pour la démocratie. Ce raisonnement traduit une berlue philosophico-politique. Différente en effet est la vérité : la visée communautariste trace le dessein d’un espace politique opacifié grâce aux vertus de l’hétérogénéité. Elle imagine la paix entre des communautés qui ne se rencontrent que rarement. Pleinement réalisée, la république communautariste idéale est une république sans conflits majeurs. C’est la république des différences repliées sur elles-mêmes qui ne se font point la guerre. Ainsi, le communautarisme, souvent défendu par l’antiracisme, constitue une menace pour la démocratie conçue comme se nourrissant des affrontements parce qu’il est un pacifisme social. C’est la paix sociale qui détruit la démocratie, pas la guerre civile larvée.

    Je vous remercie pour votre attention.

    • Peter Buch

      Wikipedia citerer fra et budskab opsnappet af fransk efterretningsvirksomhed. Betegnelserne “svin” og “arrogant løgner” er hvad attentatplanlæggere ytrede.

      Wikipedia er relativt objektiv her.

  • Tim Pallis

    Tak Steen for at du fik Ole Nydahl med. Han har været klar i mælet i årtier.

    • Svend Andersen

      Enig. Som min gode ven Henrik Ræder Clausen bemærkede til en privat fest for nylig: “Ole Nydahl er Danmarks første og største ‘islamofob’ – han burde være tildelt Nobels fredspris!”

  • Torben Snarup Hansen

    Hvis skældsordene er citat, skulle der vel have været et par citationstegn – eller en anden markering! Sådan plejer stort set alle andre medier at gøre for at udelukke tvivl.

    • Peter Buch

      Det har du helt ret i. Men nu er Wikipedia for alle der vil ytre sig der, beklageligvis, så vidt jeg ved, uden nogen som helst krav om metode der ligner den gængse.

      Der er et kolon før den væmmelige opremsning begynder, hvilket kunne tolkes, og af mig blivet tolket, som tegn på det afsnit der er kolonnet følgende er citat fra det just omtalte kodede budskab.
      Men det er uklart formuleret, og dårligt markeret.

      Jeg synes dog, du drager konklusionen at Wikipedia oplyser Redakers adresse for kvikt. Der er forhåbentlig “kun” tale om den egn respektivt den adresse, han har måtte forlade, den det kodede budskabs ophav havde kendskab til, og ikke hvor han senere har boet.

      Skulle der faktisk være tale om det nuværende opholdssted nævnes, vil jeg tro det er ulovligt at offentliggøre/have stående, og det er strafbart.

  • Pingback: Kurt Westergaard speaks « Snaphanen()

  • Djævleøen

    Jeg besluttede mig til, ikke at se ud af vinduerne, og man kan komme en del ad vejen ved AT TAGE SIG SAMMEN. (min fremhævelse PB).

    “One would think he was going to have his throat cut. Whereas, if he had the smallest sense, he’d understand that his punishment is really a reward. He’s being sent to an island. That’s to say, he’s being sent to a place where he’ll meet the most interesting set of men and women to be found anywhere in the world. All the people who, for one reason or another, have got too self-consciously individual to fit into community life. All the people who aren’t satisfied with orthodoxy, who’ve got independent ideas of their own. Everyone, in a word, who’s anyone…”
    Udsnit fra http://www.huxley.net/

  • Peter Buch

    Forsøger igen da første forsøg blev betegnet med- Your comment is awaiting moderation, og synes ganske forsvundet.

    Jeg besluttede mig til, ikke at se ud af vinduerne, og man kan komme en del ad vejen ved AT TAGE SIG SAMMEN. (min fremhævelse PB).
    “One would think he was going to have his throat cut. Whereas, if he had the smallest sense, he’d understand that his punishment is really a reward. He’s being sent to an island. That’s to say, he’s being sent to a place where he’ll meet the most interesting set of men and women to be found anywhere in the world. All the people who, for one reason or another, have got too self-consciously individual to fit into community life. All the people who aren’t satisfied with orthodoxy, who’ve got independent ideas of their own. Everyone, in a word, who’s anyone…”
    Udsnit fra http://www.huxley.net/

    • Peter: Jeg har ikke været ved bloggen et døgn før nu kl 19. ER indisponeret af noget
      virulent

      • Peter Buch

        Steen

        Det er nok rent teknisk, jeg kan ikke se min først afsendte kommentar på siden trods gentagne opdateringer af hjemmesiden på trods af den kronologisk er sat på før jeg sender anden gang. Flere links stopper eller forsinker generelt visningen, det kan delvis undgås ved at udelade www. eller http-og så videre i linkene så de blot gengives i forkortet form. Som jeg forstår det.

        Blev nyligt ringet op af en kvindetemme der hævdede hun var fra Microoft, hun mente jeg havde downloadet farlige filer, jeg måtte berolige hende med jeg ikke havde brugt windows et par år, hvorpå hun lagde på. Nummeret var anonymt.

        God bedring

  • Pingback: Lars Vilks speaks in the Danish Parliament building « Snaphanen()

  • Pingback: Geert Wilders in Florida « Snaphanen()

  • Pingback: Geert Wilders in Vienna, Part 1 « Snaphanen.dk()

  • Pingback: Geert Wilders in Vienna, Part 1 « Snaphanen.dk()

  • Pingback: “Sweden’s past success has led to current failure” « Snaphanen.dk()

  • Pingback: Vilks, Orrenius og ‘ekstremisterne’ « Snaphanen.dk()